Rechercher

L'observatoire d'artillerie 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙 : Enfin identifié !

Dernière mise à jour : 14 avr. 2021

C’est une partie de ce bas-relief qui questionnait les passionnés et historiens locaux depuis de nombreuses années, celui de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊 [Carrière de Strelitz] dans laquelle se situe un puit observatoire d’artillerie prénommé 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙 [Le puit Strelitz]. Pour cette recherche l’ASAPE, s’est procuré des documents allemands inédits sur les positions d’artillerie allemandes du secteur ainsi que sur l’organisation souterraine de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊. Après plusieurs semaines de recherches, l’ensemble de ces documents nous ont permis d’identifier avec certitude les auteurs de ces traces ainsi que la ville représentée.


C’est en réalité deux traces qu’il nous faut étudier : - La première trace rupestre est un cartouche couleur fournissant des informations sur l’édification du 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙.


- La deuxième trace est une représentation en relief d’une ville allemande. C’est l’identité de cette ville sculptée que l’ASAPE 14/18 cherche à identifier.

Sur la première trace, nous retrouvons ces informations : : « 𝗔𝗿𝘁.𝗕𝗲𝗼𝗯 - 𝗦𝗧𝗥𝗘𝗟𝗜𝗧𝗭-𝗦𝗖𝗛𝗔𝗖𝗛𝗧 - 𝗘𝗿𝗯𝗮𝘂𝘁 𝗗𝗲𝘇 𝟭𝟱 𝗝𝗮𝗻𝟭𝟲 – 𝟯 𝗕𝗹𝘁𝗿.𝗙𝗲𝗹𝗱𝗔𝗿𝘁.𝗥𝗲𝗴𝟭𝟵 – 𝟯 𝗕𝗹𝘁𝗿.𝗙𝗲𝗹𝗱𝗔𝗿𝘁.𝗥𝗲𝗴𝟮𝟮𝟱 » qui se traduisent ainsi : « Observatoire d’artillerie – Puit Strelitz – Construit entre Décembre 1915 et Janvier 1916 – 3 ième Batterie du régiment 19 d’artillerie de campagne – 3 ième Batterie du régiment 225 d’artillerie de campagne ».

Nos recherches nous ont permis de situer l’emplacement exact de la 3 ièm batterie du FAR225 (Feld Artillerie Régiment 225) à moins de 1000m du puit d’observation 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙, en lisière d’un bois, à proximité de 𝕯𝖆𝖛𝖎𝖉 𝕭𝖆𝖚𝖒 [L'arbre de David].


Les batteries du FAR 225 relèvent les positions du FAR 19 présentes depuis octobre 1915 et actives du 19 Avril 1916 au 08 Octobre 1916. Elles ont tiré pas moins de 12 477 munitions sur le secteur, sans subir de pertes majeures. Nous avons découvert qu’une grande partie de ce régiment était stationnée dans une carrière voisine : 𝕻𝖎𝖔𝖓𝖎𝖊𝖗 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊. Quelques membres de l’ASAPE se sont rendus sur ce site pour rechercher d’éventuelles traces rupestres, mais cette carrière a totalement disparu. Cependant, à même le sol, nous avons découvert une boule présente sur les casques de l’artillerie de 1914 à fin 1916. Cette boule remplaçait la pointe des casques « Pickelhaube », car pendant les manœuvres d'approvisionnement du canon, les artilleurs travaillant les uns près des autres risquaient de se blesser.



C’est un magnifique vestige qui nous permet de corroborer le récit historique des régiments d’artillerie de campagne FAR19 et FAR225 avec la réalité du terrain. Ces artilleurs utilisaient la technique de tir « indirect » - d’où la nécessité d’avoir des observateurs en liaison téléphonique proches du front afin d’effectuer les corrections de trajectoires. De cette nécessité, l’observatoire 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙 fut construit entre Décembre 1915 et Janvier 1916 à 370m des premières lignes françaises.


C’est au pied de ce poste d’observation, à 10m sous la surface, sur les parois calcaires de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊, que des soldats allemands laisseront les traces de leur numéro de régiment. Quelques mètres plus loin se trouve la deuxième trace représentant une mystérieuse ville allemande. Des remparts, une tour, une bâtisse, un porche, sont les seules indications visuelles que nous possédons afin de l’identifier. Mais qui sont les auteurs de cette trace ? Et quelle ville ont-ils voulu représenter ?


𝗟𝗲 𝗚𝗥 𝟴𝟵 « Großherzoglich Mecklenburgisches Grenadier-Regiment Nr.89 ». Premier occupant de cette carrière de pierre dès Septembre 1914, ils la rebaptiseront : 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟-𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊,

Bien que ce régiment soit à l’origine des premières traces rupestres du lieu, il est impossible d’attribuer ce bas-relief à celui-ci car les grenadiers quittent le secteur en Octobre 1915.


𝗟𝗲 𝗙𝗔𝗥 𝟮𝟮𝟱 n’est présent sur le secteur qu’à partir d’Avril 1916. Il ne peut pas être également à l’origine de cette œuvre. Une photo que nous datons du premier trimestre 1916 ne laisse d’ailleurs pas apparaitre leur numéro de régiment sur l’œuvre, pourtant fraichement sculpté. Cependant, ils rajouteront la trace de leur passage sur ce bas-relief lors de leur occupation de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟-𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊 entre Avril 1916 et Octobre 1916.


𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗜𝗥 𝟵𝟰 « Infanterie-Regiment Großherzog von Sachsen (5. Thüringisches) Nr. 94 ainsi que 𝗹𝗲 𝗙𝗔𝗥 𝟭𝟵 (Thüringisches Feldartillerie-Regiment Nr. 19) originaires tous deux de la région de THURINGUE, qui sont les auteurs de ce magnifique bas-relief. D’ailleurs les 3 bataillons qui composent ce regiment (1/94, 2/94, 3/94) contribueront à la construction de nombreux tunnels : Le 𝔉𝔞𝔩𝔨𝔢𝔫𝔥𝔞𝔲𝔰𝔢𝔫 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (2/94), Le 𝔊𝔢𝔬𝔯𝔤 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (3/94), Le 𝔖𝔬𝔩𝔪𝔰 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (1/94), le 𝔚𝔞𝔤𝔢𝔫𝔥𝔢𝔦𝔪 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (1/94). Ils sont également à l’origine des deux tunnels majeurs de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟-𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊 : Le 𝔅𝔯𝔢𝔫𝔡𝔢𝔩 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (3/94) ainsi que le 𝔙𝔢𝔠𝔥𝔱𝔯𝔦𝔱𝔷 𝔗𝔲𝔫𝔫𝔢𝔩 (3/94).


Nos recherches s’orientent donc sur un château type « médiéval » dans la région de Thuringe (La province de mobilisation de l’IR94 et du FAR19). Et c’est le château de Wartburg qui retient toute notre attention. C’est dans ce château que Martin Luther y traduisit le Nouveau Testament. L’édifice érigé en 1067 présente les mêmes caractéristiques que le bas-relief, notamment : une tour carré à créneau, une grande bâtisse à fenêtres sur plusieurs niveaux ainsi qu’un unique accès via une porte fortifiée. Nous pouvons donc aujourd’hui attribuer cette œuvre rupestre aux soldats de l’IR94 et du FAR19 qui ont sculpté dans ce cantonnement souterrain de l’Oise, l’un des plus beaux édifices de leur région : Le château de Wartburg distant de 730kms La deuxième tour de forme ovoïde, un peu à l’écart de la représentation principale n’est pas à rattacher au château de Wartburg. En effet aucune tour de cette forme n’est visible sur les plans du château.

Il est tout à fait vraisemblable que cette tour soit celle d’un autre château de Thuringe et très probablement celle du château de Burgruine Hanstein. Cette hypothèse est confortée par le fait qu’au moment même de la présence de ces régiments sur le secteur, une nouvelle brigade mixte est constituée et baptisée … « Hanstein ».

Pour conclure nos recherches, nous avons pris contact avec les administrateurs du château de Wartburg. Ils nous confirment reconnaître avec certitude les bâtiments représentés, comme ceux de leur château.

105 ans après le départ de ces soldats de la 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟-𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊, le « mystère » du bas-relief de l’observatoire d’artillerie du puit Strelitz - 𝕾𝖙𝖗𝖊𝖑𝖎𝖙𝖟 𝕾𝖈𝖍𝖆𝖈𝖍𝖙 est enfin résolu.