Rechercher

L'énigme FRIEDRICH BORCHERS

Dernière mise à jour : 15 avr. 2021

Friedrich BORCHERS est né à Oldesloe, ville de la région du Schleswig-Holstein en Allemagne. Les régiments en présence sur le secteur donneront d’ailleurs le nom de 𝕾𝖈𝖍𝖑𝖊𝖘𝖜𝖎𝖌𝖊𝖗 𝕿𝖆𝖑 (La vallée des hommes du Schleswig) au ravin qu'ils occuperont sur la commune de Moulin-Sous-Touvent. Comme beaucoup de ses compatriotes, il a surement pris part aux durs combats d’Aout 1914 en Belgique et lors de la bataille de la Marne. S’en suivie la retraite des troupes du Kaiser, puis la fixation du front. Jusqu’à présent, rien de plus que le destin « ordinaire » de milliers de soldats tombés dans l’enfer de cette guerre...



Mais en 2015, un collectionneur fait l’acquisition d’un casque à pointe modèle 1895. Dans cette coiffure se trouvent plusieurs marquages, JR 74, puis RJR74 et enfin un nom…𝗙𝗥𝗜𝗘𝗗𝗥𝗜𝗖𝗛 𝗕𝗢𝗥𝗖𝗛𝗘𝗥𝗦. Ces marquages vont être le point de départ de recherches, de découvertes et d’incertitudes. Ce nom nous apprend, d’après les premières recherches, que Friedrich BORCHERS était Vizefeldwebel (un équivalent de Sergent-Major) et qu’il trouva la mort le 11 septembre 1915. Il fut très certainement inhumé dans l'un des nombreux cimetières provisoires du 𝕾𝖈𝖍𝖑𝖊𝖘𝖜𝖎𝖌𝖊𝖗 𝕿𝖆𝖑, avant de trouver sa place définitive dans la nécropole allemande de Moulin-Sous-Touvent , rang 2 tombe 568. Nous avons contacté les archives militaires allemandes qui nous confirment ces informations et nous en délivrent une plus surprenante: ce soldat appartient à la 5ième Kompanie du Füsilier-Regiment Königin (Schleswig-Holsteinisches) Nr. 86. Ce régiment est bien connu des passionnés locaux. En effet, régiment d’élite du 9ième Corps d’armée de la 18ième Division d’infanterie de la 35ième brigade, il occupa le secteur de la Bascule de Quennevières – 𝕾𝖈𝖍𝖑𝖊𝖘𝖜𝖎𝖌𝖊𝖗 𝕿𝖆𝖑 - Moulin-Sous-Touvent de septembre 1914 à octobre 1915. Lors de sa sédentarisation dans les tranchées, il va subir la violente attaque du 6 juin 1915 sur le plateau de Quennevières, ainsi que la guerre des mines. Au-delà des combats, coups de main et autres marmitages qui vont témoigner de la présence et du sacrifice de ce régiment d’élite, il va laisser de nombreuses traces rupestres et donner son nom à une carrière de pierre: la 𝕶𝖔𝖓𝖎𝖌𝖎𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊.

𝐌𝐚𝐢𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐮𝐧 𝐡𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐩𝐨𝐫𝐭𝐚𝐧𝐭 𝐮𝐧 𝐜𝐚𝐬𝐪𝐮𝐞 𝐧𝐨𝐦𝐢𝐧𝐚𝐭𝐢𝐟 𝐞𝐭 𝐦𝐚𝐭𝐫𝐢𝐜𝐮𝐥𝐞́ 𝐚𝐮 𝐑𝐉𝐑 𝟕𝟒 𝐩𝐞𝐮𝐭 𝐞̂𝐭𝐫𝐞 𝐞𝐧𝐭𝐞𝐫𝐫𝐞́ 𝐬𝐨𝐮𝐬 𝐥𝐞 𝐅𝐑 𝟖𝟔 ?

Ce casque est-il vraiment le sien ? Le RJR 74 a-t-il un lien avec le FR86 ? Les deux régiments ont-ils été dans le même secteur ? L’homme a-t-il été transféré d’un régiment à l’autre ?

Beaucoup de questions et d'éléments de réponses vont nous être apportés en partie par les archives mais aussi par les soldats eux-mêmes…. La présence du FR 86 dans notre secteur est indiscutable! De nombreuses archives allemandes et françaises le prouvent. De plus, les « graffitis » à l’effigie du régiment de la reine Augusta Victoria présents dans les différents abris, tunnels et carrières sont nombreux. Et cette carrière, ou plutôt cet ensemble de creutes parmi lesquelles se démarque l’une d’elle, la 𝕶𝖔𝖓𝖎𝖌𝖎𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊, est le symbole même de la présence du FR 86, mais pas que… En effet, sur les parois calcaires de la carrière voisine la 𝕳𝖔𝖑𝖘𝖙𝖊𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊 (reliée elle même à la 𝕶𝖔𝖓𝖎𝖌𝖎𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊) se dessine une croix en bas-relief où les coups de pioches des soldats résonnent encore... Cette croix est attribuée aux réservistes, comme l'indique la mention sur la plaque frontale des « pointus »: RJR 74. » Dans l’ouvrage « 𝑙𝑎 𝑏𝑢𝑡𝑡𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑧𝑜𝑢𝑎𝑣𝑒𝑠 𝑄𝑢𝑒𝑛𝑛𝑒𝑣𝑖𝑒𝑟𝑒𝑠 » de Didier GUENAFF et Jean-Michel NOVAK , le RJR 74 est nommé comme présent sur notre front (page 172), mais à une date où le lien entre les deux régiments est impossible.

Malgré les interrogations encore bien présentes, nous avons glané des certitudes : Le FR 86 est à Moulin-Sous-Touvent du 12/09/14 au 10/10/15. Le RJR 74 est également sur ce secteur. Les deux régiments ont partagé les mêmes carrières: la 𝕶𝖔𝖓𝖎𝖌𝖎𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊 et sa voisine la 𝕳𝖔𝖑𝖘𝖙𝖊𝖓 𝕳𝖔𝖍𝖑𝖊. Friedrich BORCHERS est bien mort le 11 septembre 1915. Il repose aujourd’hui au cimetière militaire de Moulin-Sous-Touvent.

Nous décidons de poursuivre nos recherches, maintenant sur la date de décès de Friedrich BORCHERS, le 11 septembre 1915, dans les archives que nous avons consulté des deux côtés des belligérants, notamment dans les "verlusten-weltkrieg". Il fait état de nombreuses pertes sur le secteur du Fusilier Regiment 86. En voici le détail : En septembre 1915 à Moulin-Sous-Touvent pour le FR 86 : - 1er Komp : 6 blessés – 1 mort - 2ième Komp : 4 blessés – 2 morts - 3ième Komp : 12 blessés – 2 morts - 4ième Komp : 1 blessé - 5ième Komp (celle de Friedrich Borchers) : 2 morts - 8ième Komp : 1blessé - 9ième Komp : 4 morts - 10ième Komp : 1 mort - 11ième Komp : 1 blessé – 1 mort - 12ième Komp : 2 morts - 13ième Komp : 1 blessé - MGK2 : 1 mort - MGK3 : 5 blessés – 1 mort Si Friedrich BORCHERS fait bien parti de la 5ièmeKomp comme l’affirme le document des Bunderarchives, il est donc dans cette liste. Celle ci nous laisse encore une fois dans l’expectative... Que s’est-il passé ce 11 septembre 1915 ? A cette heure-ci, Friedrich BORCHERS ne nous a pas encore livré tous ses secrets (FR86 ?, RJR 74 ? les deux ?), et chaque découverte amène avec elle de nouvelles interrogations. Un questionnement nécessaire pour comprendre et analyser des faits historiques sur un secteur trop souvent oublié des historiens ou autres grands auteurs... Mais que seraient ces faits historiques sans les hommes qui se cachent derrière une trace au crayon, un « graffiti », un casque? Nos contacts allemands nous ont fourni une carte des positions du FR86 en cette fin d'année 1915, ainsi que l'historique complet du FR86. Nous découvrons que le secteur occupé par la 5iem Komp (celle de Friedrich BORCHERS) se trouve entre la Sape N°11 et N°12 sur le plateau de Quennevières à proximité de Moulin Sous Touvent. Nous avons découvert également le lieux de cantonnement de cette compagnie dans le 𝕾𝖈𝖍𝖑𝖊𝖘𝖜𝖎𝖌𝖊𝖗 𝕿𝖆𝖑 et plus précisément au lieu dit 𝕹𝖊𝖜𝖉𝖔𝖗𝖋